12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 18:08

La lettre du Grand Maître du GODF aux candidats à la présidence de la République française  

1er mars 2007

Madame, Monsieur,

Comme vous le savez le Grand Orient de France est la plus ancienne, datant de 1728, et la plus importante Obédience maçonnique française et même mondiale.

C'est une institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive qui a pour objet la recherche de la Vérité, l'étude de la morale et la pratique de la solidarité ; elle travaille à l'amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l'humanité.

Le Grand Orient de France a pour principe la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience.

Il considère les conceptions métaphysiques comme étant du domaine exclusif de l'appréciation individuelle de ses membres et il se refuse à toute affirmation dogmatique.

Il a pour devise celle de la République : Liberté, Egalité, Fraternité.

Il attache une importance fondamentale à la laïcité.

Dans ce cadre le Grand Orient de France, par ses nombreux colloques, lieux de réflexion et de débats, s'engage pour la défense des principes et des valeurs qui sont les siens dans le débat sociétal. C'est dans ces conditions que nous vous proposons de bien vouloir répondre aux interrogations et questions, ci-dessous, qui nous paraissent tout à fait essentielles.

En souhaitant que vous puissiez consacrer un peu de votre temps pour nous apporter vos réponses.

Je vous prie de bien vouloir agréer, l'expression de ma parfaite considération.

Jean-Michel QUILLARDET
Grand Maître,
Président du Conseil de l'Ordre

Questions aux candidats à la Présidence de la République :

1re question :
Vous engagez-vous à inscrire dans la Constitution l'affirmation de l'article 2 de la loi de 1905 : "La République ne reconnaît, ne salarie, ne subventionne aucun culte."?

2e question :
Seriez-vous partisan d'une application de la loi de 1905 sur l'ensemble du territoire français notamment en Alsace, en Moselle et dans certains départements et territoires d'Outre-mer ?

3e question :
Ferez-vous procéder à l'abrogation de l'article 89 de la loi du 13 août 2004 ?


4e question :
Pouvez-vous vous engager fermement à ne jamais faire rétablir, dans les textes légaux, le délit de blasphème ou toute autre disposition législative qui s'en approcherait ?

5e question :
Accorderez-vous un accès à la télévision publique aux Obédiences maçonniques et aux divers courants de pensée humaniste et laïque, comme cela existe actuellement pour les courants religieux et spirituels ?

6e question :
Quelles sont les actions que vous entreprendrez pour que la Cour Pénale Internationale soit dotée d'une véritable force exécutoire et d'une compétence universelle ?